J’écris cet article parce qu’il est aujourd’hui devenu important pour moi de mettre de la lumière sur ce point de vue. Je pars de mon expérience personnelle simplement pour illustrer et transmettre ce que j’ai envie de transmettre. Je ne prétends pas détenir LA vérité.

Dans tous les domaines dans lesquels j’ai travaillé l’argent a toujours été une source de conflit. Un problème. Enfin, c’est surtout les représentations que j’avais de l’argent. Car l’argent en soi est simplement neutre.argent et conscience - problème d'argent

J’ai commencé à travailler dans le milieu équestre à l’âge de 21 ans, je gagnais 500€/mois pour travailler de 6h30 à 20h30, c’est à dire 1€/heure. Ça vous choque? Aux yeux de la loi c’est de l’exploitation et j’aurais pu ne pas accepter. Sauf que, si je n’avais pas accepté, je n’aurais pas appris tout ce que j’ai appris avec les chevaux, car ma seule ambition était l’apprentissage. A cette époque, je n’avais pas les moyens financiers de m’offrir des cours de dressage, donc pour moi ce boulot de « stagiaire » était une véritable opportunité. Surtout que je n’avais AUCUNE estime pour moi même et que je ne pensais pas avoir besoin d’argent pour vivre non plus. Je ne comprenais pas la valeur que cela pouvait représenter.

Je m’estimais super chanceuse que compte tenu de ma pauvre expérience, qu’un employeur soit d’accord non seulement de m’apprendre mais aussi de me payer. Ça a duré un an, ensuite j’ai trouvé une autre écurie en France où je travaillais moins d’heures et avais plus de leçons et où au moins je n’étais pas seule à recevoir un salaire de stagiaire pour faire un boulot de titan. Dans le milieu équestre, il faut savoir que les employés sont payés le salaire minimum du minimum, qu’ils travaillent très dur et les accidents sont nombreux souvent dû à la non expérience, à une certaine ignorance et à la fatigue accumulée car les jours de congé sont uniquement de un par semaine et ne permettent pas réellement de se reposer. Surtout pour un boulot aussi physique.

Pour ma part, j’avais envie et besoin de faire cette expérience car je ne connaissais pas d’autres moyen d’apprendre et d’enrichir ma pratique équestre. J’ai vécu quelques accidents, mon corps a morflé et j’en paye encore les conséquences aujourd’hui. Et ça, ça n’était pas compris ni dans le contrat, ni dans le salaire. Les expériences ont toutes été similaires dans toutes les écuries où j’ai travaillé, partout dans le monde. De l’exploitation de personnes passionnées qui se donnent corps et âme pour apprendre peut importe le salaire qui suit derrière. Et quand on fait ce qu’on aime, on se dit que l’argent n’a pas tellement d’importance. On ne travaille pas pour recevoir de l’argent, on travaille parce qu’on a envie d’apprendre et parce qu’on a envie de faire ce qu’on aime. L’argent passe en arrière plan.

En travaillant pour le spectacle équestre, le problème se posait moins, je vivais une vie confortable où j’étais logée, nourrie, salariée et où je n’avais presque aucune dépense à effectuer. Mais je commençais à m’enfermer petit à petit dans une sorte de prison où je m’apercevais que ce confort me faisait perdre des capacités créatives. Je commençais à devenir dépendante d’un système qui m’hypnotisait et je déprimais. En sortant de ce système je savais que la vie serait moins confortable et que je serais confrontée à des difficultés financières, mais je préférais vivre cela et être libre de continuer à faire ce que j’aime que de vivre dans une prison dorée.

Après un coup de coeur pour Campeao, mon deuxième cheval, il m’a fallu réaliser que je ne pouvais plus continuer à mettre l’argent en arrière plan si je voulais continuer à évoluer pour me lancer comme indépendante. Il m’a fallu quelques années pour admettre que je ne pourrais pas continuer à travailler comme je le faisais toute ma vie.

Faire ce qu’on aime sans se respecter ni se faire respecter, ce n’est pas vraiment de l’amour, et une forme de déséquilibre s’installe. Qu’est ce qui est plus important? Faire ce qu’on aime ou arriver à payer ses factures? Et pourquoi faudrait-il choisir? Est-ce vraiment normal de devoir choisir?

Pour moi la vie n’a aucun sens si je ne fais pas ce que j’aime (et ce n’est pas faute d’avoir essayé)! Je n’ai jamais pu tenir plus de 2 mois pour des emplois alimentaires, tellement mon être explose dans ce type de situation. Il  m’est totalement impossible de me ranger dans une case. Ça fait aujourd’hui 15 ans que je suis sortie de l’école et des conventions, et ça fait seulement 2 ans que j’ai réalisé à quel point le sujet de l’argent était tabou. J’avais des croyances telles que « c’est trop cher pour moi », « ça ne vaut pas le coût », « l’argent ça pue », « l’argent c’est sale », « c’est cher donc c’est de l’arnaque », « l’argent compromet », « les riches sont tous des connards » « l’argent ça sert à rien », « je n’ai pas besoin d’argent pour vivre » ect.

En mettant en lumière toutes ces croyances et en osant être honnête avec moi même, j’ai réalisé que l’argent n’était pas le problème en soi. Si j’avais des difficultés financières, c’est parce que j’avais peur. La peur était le blocage. J’avais peur que si je gagnais de l’argent je perdrais mes amis, je croyais que je serais moins aimée et aidée, que je serais vue comme quelqu’un de sale et malhonnête ect. Puis à m’observer penser tout cela et comparer mes croyances par rapport à l’argent et à l’amour, j’ai pris conscience à quel point ces deux énergies étaient liées. C’était juste moi qui l’avait mis l’argent à une place où il représentait la peur. Je crois qu’avec un peu d’honnêteté beaucoup d’autres personnes pourrons observer ce comportement chez elles.

A un moment dans ma vie, il a fallu que je regarde les choses en face et que j’arrête de fuir. C’est là que j’ai commencé à comprendre que l’argent est neutre. C’est ce que moi j’en fais qui change dans l’énergie. Comment et pourquoi je l’utilise. Comment je le reçois et comment je le rends. Qu’est-ce que je sens dans mon corps au moment ou je reçois, et qu’est ce que je sens au moment où je donne? J’ai réalisé que j’avais toujours peur, que ça soit dans la réception de l’énergie argent ou dans le don de celle-ci. Je me suis mise à apprivoiser cette peur grâce un profond travail sur mes blessures (notamment la blessure de rejet) et à l’ancrage. Au plus je m’enracine, au plus je me sens en sécurité et au moins j’ai peur. Ma relation à l’argent à commencé à vraiment changé à partir de là. J’ose investir sans avoir peur que ce soit temps et argent pour pouvoir continuer à offrir aux autres.

Je ne prétends pas que depuis que j’ai élargit ma conscience à ce niveau là me permet aujourd’hui de gagner de l’or en barre, mais au moins j’arrive à payer mes factures, même si certains mois restent plus difficiles que d’autres.

J’ai aussi l’ambition de certains projets et donc je vais continuer à faire de mon mieux pour oeuvrer à leurs réalisation. Sans cette énergie d’amour qui passe par l’argent au niveau de la matérialisation de ces projets, rien ne sera concrètement possible.Toute cette expérience m’aide à trouver des solutions et déployer beaucoup créativité au final. Si certaines personnes voient l’argent comme étant un frein et un poison, aujourd’hui je le vois comme étant plutôt un tremplin; une source intarissable de libération d’idées innovantes. L’argent en soi est neutre. C’est notre manière de l’utiliser qui lui donne l’énergie que nous voulons.

Le fait d’avoir pris conscience de mes schémas m’aide encore plus à avancer. Les solutions me trouvent avant que les problèmes n’apparaissent! Et le plus magique c’est que je n’ai plus peur d’en manquer, du coup, je n’en manque plus.

Voici en ce qui concerne mon cheminement personnel. Mais qu’en est-il du collectif? 

Il y a une croyance collective selon laquelle il est normal que les activités
où les valeurs humaines sont très présentes ne soient pas ou peu rémunérées.
À l’inverse, les métiers porteurs de peu de valeurs humaines sont plutôt bien payés.
C’est comme si moins l’éthique était présente,
plus l’argent pouvait couler à flots sans déclencher de grandes réactions émotionnelles.
Ne trouvez-vous pas ce raisonnement surprenant, voire choquant ?
Est-ce qu’il ne mériterait pas d’être revu, mieux encore, d’être renversé ?
Ainsi, plus un humain apporterait du bien-être aux autres, à notre environnement,
mieux il serait payé.
” – Christian Juno « Ce que l’argent dit de nous »

Pour aller plus loin dans votre cheminement:

  • le cahier d’exercices « Le défi des 100 jours : pour libérer sa relation à l’argent et vivre son abondance » co-créé par Christian Junod et Lilou Macé.
  • le livre de Christian Junod « Ce que l’argent dit de nous » (préfacé par Thomas d’Ansembourg), qui invite à conscientiser notre relation à l’argent et à trouver une manière de le vivre qui soit plus paisible, joyeuse et au service de nos aspirations profondes.
  • le livre de Peter Koenig « 30 mensonges sur l’argent : libérez votre vie, libérez votre argent« .
     

Dans les accompagnements individuels que je propose, j’accompagne également dans cette sphère là.

Avec douceur et bienveillance,

Alexandra Meulemans

Thérapeute Holistique, cavalière pro et photographe

creativeplenitude.com

 

 

Pour rester informé, n'hésitez pas à vous inscrire à ma Newsletter
Nous respectons votre confidentialité.